Livres

MATH PHOTO LIVRE 2020

                   

Pour se procurer les livres de Mathieu Martel, veuillez lui écrire.  

Les livres sont également disponibles à LA BOÎTE À SON au 355 rue Emery à Montréal.

L’APPEL DE L’ÊTRE, septembre 2020

FE535641-5DD5-4984-AE27-4587463F1E87

Si je ne crée pas, c’est la mort symbolique qui m’attend. La mort comme conformisme à la programmation générale. La mort de la plupart des gens qui ne réalisent pas qu’ils sont et qui ils sont. L’absence d’éveil à la réalité de l’être. La devise de Pindare est devenue lettre morte. Qui ose aujourd’hui prêter oreille à cette maxime : Deviens qui tu es ? Devenir qui tu es, au sens de l’entière réalisation de soi-même.

La vie est principalement liée à l’intention, à l’intuition, à l’inspiration, à l’enthousiasme et à la création, qui représentent les cinq principes de ma philosophie. Son fondement est la Présence. Voilà qui ouvre le XXIe siècle sur d’autres considérations que la raison, la science et la technologie.

De multiples possibles s’offrent à ceux qui entreprennent de risquer l’immatérielle quête.

Le règne de l’Esprit est l’avenir de l’homme. L’inspiré se nourrit à même l’esprit inspirant, et nous ne savons ni d’où il vient ni où il va.

Mathieu Martel est né un 22 juillet à Montréal. Professeur de philosophie au collégial depuis 2008, il se consacre en tant qu’esprit libre à l’exploration de la vie consciente et à l’élaboration d’un œuvre à la fois poétique et philosophique. L’Appel de l’être constitue, au même titre que l’Alcibiade de Platon, Le Manuel d’Épictète, Le Crépuscule des idoles de Nietzsche, Sur les cimes du désespoir de Cioran ou encore Le Réel et son double de Rosset, une œuvre à la fois introductive et initiatique pour accéder à une pensée philosophique singulière. Cet ouvrage fait figure de protreptique ou de discours persuasif ; il peut être aussi vu telle une exhortation à la philosophia perennis. L’Appel de l’être (2020) succède à Va boire du thé (2015), Ainsi danse Shiva (2014), La Violence de l’éveil (2013) de Théodore Hammer, La Puissance de l’instant (2012) et Présence (2005), publiés aux Éditions Metanoïa.

Pour savoir où se procurer ce livre ou encore le commander, veuillez cliquer sur L’Appel de l’être.

 Va boire du thé, 2015 

 Le 23 octobre 2015, Mathieu Martel a lancé son nouvel ouvrage intitulé Va boire du thé.

 

Va boire du thé  est le quatrième ouvrage de Mathieu Martel. Il fut rédigé au cours du mois de février 2015. Il s’agit d’un recueil de 48 poèmes. Chaque poème portant sur un thème précis a été écrit d’un seul jet spontané. Ces poèmes sont en quelque sorte des instants d’éveil ou des prises de conscience inspirées et soudaines rédigées dans le métro de Montréal et au salon de thé Camellia Sinensis où l’auteur aime bien boire le thé et vivre le moment présent depuis plusieurs années. L’expression Va boire du thé  est tirée d’un koan, d’un illustre maître de la tradition chan, soit Zhaozhou (778-897).

Pour savoir où se procurer ce livre ou encore le commander, veuillez cliquer sur Va boire du thé.


Ainsi danse Shiva

Ainsi danse Shiva, 2014

« L’innocence habitant le danseur né à nouveau.

Le danseur nu.

Ondulant ses bras multiples : Shiva danse renaissant.

Encore et encore le monde se renouvelle maintenant.

Ainsi danse Shiva !

Dans l’aurore toujours possible d’un gai savoir.

Le passé brûle, le futur s’annonce à même la présence. »

Pour savoir où se procurer ce  livre ou encore le commander, veuillez cliquer sur  Ainsi danse Shiva.


La violence de l'éveil

La violence de l’éveil, 2013

Libre penseur français d’origine grecque. Théodore dit « Hammer » ( pour l’aspect direct et puissant de sa pensée ) a été rencontré lors d’un voyage en France au printemps 1993 par Mathieu Martel. Homme à la pensée brève et concise, digne des apophtegmes lacédémoniens et des maximes des moralistes français. Théodore écrit à la main sur des feuilles vierges. Il apprécie l’entraînement physique, la marche, la lecture, mais aussi la présence des femmes. On l’a même baptisé l’homme à femmes sans femme puisque ses rencontres, fréquentations et discussions duraient avec celles-ci le temps destiné. Mathieu Martel a eu l’honneur de faire sa rencontre, de passer du temps en sa compagnie et d’échanger avec lui trois semaines durant en juin de l’année 1993. Théodore, âgé de 21 ans comme lui à l’époque, lui a légué un manuscrit et l’a chargé de le conserver. Il s’agit de La Violence de l’éveil, oeuvre qu’il ne voulait ni publier, ni conserver pour lui, jugeant que son aventure se poursuivrait d’une autre façon. Explorateur, homme libre, penseur de l’éclair et de l’instant, il est parti en exil en Europe et a chargé Mathieu Martel de le publier au moment qu’il jugerait opportun. Depuis, jamais Mathieu n’a eu de nouvelles de cet être déconcertant, énigmnatique, ce penseur aphoristique profond et poétique. C’est avec privilège que les Éditions Metanoïa sont fières de publier aujourd’hui en 2013, soit 20 ans plus tard, les seuls écrits disponibles à ce jour de ce philosophe franco-grec, Théodore Hammer, et de vous offrir la possibilité de découvrir sa pensée tel un cadeau des dieux, à l’instar de son prénom Théodore. Ainsi soit-il, nous te bénissons, Théodore Hammer, aventurier de l’esprit et libre- penseur, en l’espérant toujours vivant parmi nous !

« L’attentif vit selon la perspective de l’éternité tandis que l’inattentif vit comme s’il était déjà mort. »

« Lorsque vous parlez, qui parle ? Lorsque vous parlez, qui écoute ? »

« Pourquoi brûlez-vous ? De quoi brûlez-vous ? Qui brûlez-vous ? »

« L’éveil est la conscience qui prend conscience d’elle-même sans se sentir séparé du Tout. »

« Il n’est jamais trop tard, seulement si jamais s’impose toujours. »

 Pour savoir où se procurer ce livre ou encore le commander, veuillez  cliquer sur La violence de l’éveil.


La puissance de l'instant

La puissance de l’instant, 2012

« Chercher, c’est en fait toujours se chercher soi-même. Voilà ce qu’ignore le plus souvent le chercheur dans sa quête.

Là, être simplement là… être simplement simple.

Seuls les passants savent passer à travers la passion qui passe, sans toutefois s’en passer.

Tout est un jeu, sauf ce qui permet de se rendre compte que tout est un jeu!

Plonger en soi, comme un chercheur de perles plonge au fond de la mer… »

 Pour savoir où se procurer ce livre ou encore le commander, veuillez cliquer sur La puissance de l’instant.


image

Présence suivi de Metanoïa (Cinq dialogues entre maître et disciple)2005 et 2012

« Au fond, le maître et le disciple ne font qu’un. Le maître ne dirige pas, ne demande pas au disciple de faire quoi que ce soit. Il ne faut qu’éclairer et placer le disciple face à lui-même. Le maître demeure un autre pour nous-même, tant que nous ne nous assumons pas et que nous ne vivons pas selon notre essence divine. Le maître peut être un chat que nous croisons dans la rue, un sourire que nous apercevons ou même l’itinérant qui nous demande de l’aider. Voilà une bonne occasion de réaliser que le maître, c’est Cela. Tout ce qui est là devant et autour de vous n’est pas sans Cela. Il n’y a que Cela partout et toujours. Cela, c’est vous-même, sauf que ce n’est pas vous-même auquel vous êtes habitué à vous référer. C’est vous-même, par-delà vous-même. »

Pour savoir où se procurer ce livre ou encore le commander, veuillez cliquer sur Présence.

N.B: Si vous avez des questions au sujet des ouvrages de Mathieu Martel, n’hésitez pas à le contacter.