« Que m’importe que le monde périsse, pourvu que je boive mon thé », dit un personnage de Dostoïevsky

Advertisements